Le 11 février 2021, Asma Boujtat a remporté le prix WATS (Women Award in Technology and Science). Créé par Innoviris, ce concours a pour objectif d’améliorer la représentation des femmes dans les filières scientifiques. Depuis maintenant 12 ans, Asma occupe un poste de technologue de laboratoire au sein de l’Institut de Duve. Du haut de ses 35 ans, elle n’a pas oublié les craintes de l’adolescente qu’elle était, ni la difficulté de choisir une orientation à l’âge de 15 ans. Grâce à son rôle d’ambassadrice scientifique, Asma espère propager son enthousiasme auprès des jeunes filles, afin de susciter des vocations.

De l’enseignement en secondaire à la révélation pour le domaine des sciences

Devenir scientifique ne faisait pas partie des rêves d’Asma Boujtat. Pour elle, comme pour la plupart des jeunes filles d’aujourd’hui, les sciences étaient réservées aux personnes hors normes. « Je ne m’identifiais pas à cette image d’un homme surdiplômé, aux cheveux gris, portant des lunettes et travaillant seul derrière son microscope. Du coup, les métiers des sciences ne m’intéressaient pas ». La vie est faite de rencontres et parfois l’une d’elles peut changer le cours d’une vie. « En secondaire, j’ai eu un professeur de biologie absolument extraordinaire. Grâce à ses méthodes pédagogiques, il m’a transmis sa passion pour les sciences ».

L’apprentissage du fonctionnement du corps humain m’a fait comprendre que nous étions entourés de petits miracles. 

 

Le choix d’une filière courte pour devenir technologue de laboratoire

Grâce à son professeur de biologie, Asma a su trouver rapidement son orientation. Elle savait qu’elle désirait s’orienter vers le domaine des sciences, toutefois une interrogation subsistait : quel métier exercer ? La femme de terrain touche-à-tout décida alors de se tourner vers le métier de technologue de laboratoire. Afin d’atteindre son objectif, deux choix s’offraient à elle : une filière courte dans une haute école ou bien plusieurs années d’études à l’université. « Je souhaitais suivre un cursus court, pratico-pratique et moins spécialisé que l’université. À mon sens, les élèves qui sortent d’une haute école sont plus à l’aise en laboratoire en arrivant sur le marché du travail. En sortant d’une haute école, je savais que je pourrais travailler dans n’importe quel laboratoire et dans tous les domaines (microbiologie, virologie, hématologie, etc.). C’est cette diversification du métier qui m’a attirée ».

On comprend mieux les choses en les expérimentant dans un laboratoire, plutôt qu’en étudiant des cours théoriques et en imaginant les expériences dans sa tête.

Ses premiers pas dans les laboratoires de recherche

Ses stages à la haute école la font évoluer dans un hôpital, puis dans un laboratoire de recherche. « Le stage à l’hôpital était intéressant. Je réalisais des mesures et des analyses des échantillons prélevés sur les patients. Mais je trouvais le travail trop routinier. Lors de mon stage en laboratoire pharmaceutique, je travaillais sur des macrophages de souris. Les journées se succédaient, mais ne se ressemblaient pas. Ma place était dans un laboratoire de recherche ». C’est avec un regard d’enfant qui découvre le corps humain dans ses moindres détails qu’Asma Boujtat évoque son premier emploi au sein d’un laboratoire d’anatomie pathologique. « À l’époque, je travaillais au contact des médecins légistes et préparais les lames. Cette expérience fut très formatrice, mais je ne me voyais pas y faire carrière ».

 

L’ambiance bon enfant et cosmopolite de l’Institut de Duve

 

Depuis maintenant 12 ans, Asma Boujtat exerce le métier de technologue de laboratoire au sein de l’Institut de Duve.

 Je m’y sens bien car il y a une superbe ambiance. On ne véhicule pas assez l’ambiance qui règne dans un laboratoire. Là encore, il faut déconstruire le cliché de cette personne en tête-à-tête avec son rat de laboratoire et qui ne parle à personne. Je n’ai jamais fait autant de rencontres que depuis que je travaille en laboratoire. En plus, l’Institut de Duve accueille des personnes qui viennent des quatre coins du monde (Egypte, Tunisie, Corée, Espagne, France, etc.). Cette diversité est très enrichissante.

Son quotidien de technologue de laboratoire à l’Institut de Duve

En tant que technologue de laboratoire, le rôle d’Asma est d’être un support technique pour les chercheurs. « J’allège leur charge de travail au niveau technique, pour leur rendre le quotidien plus facile ». Formée à manipuler en laboratoire, Asma passe ses journées à observer, manipuler, expérimenter, recommencer. « C’est exactement ce que je voulais faire ». Avec le temps, Asma a su trouver sa place dans le laboratoire et s’est progressivement spécialisée. Désormais, elle est la spécialiste de la purification des protéines au sein du laboratoire de recherche fondamentale. Son travail consiste à isoler les protéines, afin de faire avancer le travail des chercheurs dans la compréhension des bactéries. « Il y a quelques années, j’ai travaillé sur une protéine qui était particulièrement difficile à purifier ». Après des mois d’échecs, la ténacité d’Asma a fini par payer. « Je suis une personne volontaire et acharnée. J’ai ressenti un énorme soulagement et de la fierté en ayant pu faire avancer les travaux des chercheurs ».

 Je suis à l’arrière dans le système de recherche. Seulement, chaque petit pas contribue à améliorer le monde de demain. Si ne serait-ce qu’une expérience que j’ai faite permet de créer un déclic pour un chercheur et aide à faire avancer la science, alors je suis satisfaite.

 

Asma Boujtat et son rôle d’Ambassadrice des Sciences à Bruxelles

C’est avec beaucoup d’enthousiasme qu’Asma a accueilli sa nomination en tant qu’Ambassadrice des Sciences. « Je vais pouvoir balayer les clichés. Je ne sors pas de l’université, je n’ai pas fait de doctorat et pourtant cela ne m’a pas empêchée de faire de belles choses. Adolescente, j’étais très intimidée par les personnes qui avaient fait de nombreuses années d’études. Quand on est adolescent, on manque de confiance en soi, on se met ses propres barrières mentales ».

« Il y a de la place pour tout le monde en recherche. Je souhaite motiver les jeunes filles qui souhaitent suivre de longues études, mais aussi celles qui ne se reconnaissent pas dans ce cadre-là ».

Asma prend très à cœur son rôle d’ambassadrice. Elle qui aime tant le contact et les échanges, va pouvoir aller à la rencontre des jeunes filles pour les sensibiliser, les rassurer et leur apporter des réponses. « À travers des ateliers et des jeux, je souhaite leur faire passer des messages, mais aussi déconstruire l’image de la personne scientifique hyper sérieuse et qui ne sait pas rire. Je veux apporter du fun dans le monde des sciences. »

Maman de deux enfants, Asma n’a pas oublié la jeune femme qu’elle était à l’âge de 15 ans. « J’ai toujours en moi les peurs et les craintes que je ressentais à cette époque. Je pense que c’est un atout pour m’aider à mieux comprendre les jeunes filles d’aujourd’hui. J’espère être à l’initiative du début d’une histoire ». Si le chemin est encore long, Asma a néanmoins pu constater l’évolution du sexe-ratio depuis le début de sa carrière.

Les femmes apportent de la sérénité, mais aussi une dynamique et des modes de réflexion complémentaires à ceux des hommes. Alors, pourquoi s’en passer ? Ce serait dommage !

Solaire, Asma Boujtat puise son énergie dans chaque petit bonheur de son quotidien. « Je prends un peu d’énergie de mes enfants au réveil le matin, puis dans mon travail au quotidien ». Maman, technologue de laboratoire et ambassadrice, Asma est le reflet des femmes qu’elle admire : « J’aime les femmes volontaires de tous les jours, qui sont capables d’allier vie privée et vie professionnelle ».

Paul Eluard disait : « Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous. Les personnes que l’on rencontre à un moment de sa vie sont sur notre chemin pour nous permettre de changer, de devenir meilleurs ou de grandir ». Nul doute qu’Asma éveillera une fascination pour les sciences auprès de certaines jeunes filles, comme l’avait fait son professeur de biologie lorsqu’elle n’était qu’une adolescente…

 

Pourquoi est-il important pour Innoviris de soutenir des scientifiques comme Asma ?

Nous pensons qu’il est primordial de donner la parole aux femmes scientifiques comme Asma car encore à l’heure actuelle les femmes sont sous-représentées dans le secteur de la recherche et sont toujours largement minoritaires dans les métiers scientifiques. De plus, en Région de Bruxelles-Capitale, les orientations STEM sont les seules où seulement 20 % des étudiant·es en secondaire et 35 % des étudiant·es des universités sont des femmes. Cette sous-représentation est beaucoup plus forte en Belgique que dans presque tous les autres pays européens et ceux de l'OCDE. Pourtant, la technologie et les sciences accueillent à bras ouverts l’intelligence et le savoir-faire féminin afin de faire face aux nombreux défis de ces filières, qui ont bien besoin d’une « main d’œuvre » supplémentaire.

Dans le cadre de la campagne WATS, nous mettons en lumière des femmes actives dans le monde de la technologie et des sciences. Les candidates ont eu l’opportunité de réaliser des vidéos leur permettant de partager avec enthousiasme leurs différentes expériences, inspirations, journée type, leurs métiers et intérêts pour les sciences et la technologie pour inspirer les jeunes filles. Grâce au prix WATS, durant l'année 2021, Asma Boujtat participera à des campagnes et des initiatives susceptibles d'enthousiasmer davantage les jeunes filles aux technologies et aux sciences. Elle recevra également 10.000 euros pour soutenir ses actions de promotion des carrières scientifiques des femmes.

© 2021 Région de Bruxelles-Capitale. Tous droits réservés.