Qui est Julien Demonty?

Julien Demonty est co-fondateur de Veoware. Fort de son expérience des chaînes de production dans divers secteurs, il a relevé le défi, avec son associé Julien Tallineau, d’industrialiser la production de composants pour satellites spatiaux.

Les composants utilisés dans le secteur spatial sont complexes et nécessitent des investissements très importants. L’objectif de la start-up est de standardiser ces composants et de les rendre évolutifs, afin qu’ils soient plus abordables pour les acteurs concernés.

Le secteur spatial est en pleine expansion. Nous avons créé Veoware pour le rendre accessible à tous.

Le mot-clé

Le mot-clé de Julien ? La persévérance.

Nous travaillons à ce projet depuis 4 ans, dans un premier temps aux côtés de nos jobs respectifs. Nous avons dû beaucoup persévérer, nous défaire de certaines espérances. Nous avons connu des échecs, mais nous progressons et sommes convaincus d’être sur la bonne voie. 

Un job au cœur de l’innovation

L’innovation selon Veoware, c’était trouver des alternatives pour se démarquer et entrer dans un secteur spatial très fermé, peu accessible à une start-up.

On assiste à une réelle révolution spatiale. Auparavant, les seules missions commerciales étaient celles des télécommunication, notamment la télévision par satellite. Aujourd’hui, des applications commerciales se développent, le nombre de satellites et les besoins vont augmenter. Le marché doit s’adapter à cette révolution, en réduisant les prix et les délais de fabrication.

Pour y parvenir, Veoware a développé un produit standard, en innovant en termes de logistique et de design. L’entreprise est ainsi en mesure de proposer une offre équivalente, mais à prix réduit. La standardisation lui permet aussi de garantir des délais de livraison beaucoup plus courts.

Un projet sous la loupe        

Le premier produit mis au point par Veoware est un CMG (Control Moment Gyroscope), une unité de contrôle qui permet de faire bouger un satellite.

Cette technologie très performante existe depuis des décennies, mais elle reste peu utilisée car elle est risquée et complexe. Elle nécessite un développement très poussé et coûteux, réservé aux grands satellites destinés à des applications militaires principalement. Nous l'avons miniaturisée pour qu’elle soit applicable aux petits satellites, et l'avons rendue modulaire et évolutive.

Le CMG sera produit à la chaîne, plutôt que sur mesure. Et, à l’instar des cylindres d’une voiture, une combinaison de plusieurs exemplaires permettra d’adapter l’offre aux besoins.

A partir d’un seul produit, nous pourrons satisfaire tout type de besoins, qu’il s’agisse d’un satellite de 100 kg ou de 500 kg. Cette approche devrait permettre de diviser par dix les coûts de réalisation d’un tel composant, tout en ayant un produit adapté.

Bruxelles, City of Innovators

Pour Julien, l’attractivité de Bruxelles réside dans son soutien aux entreprises innovantes.

Nous nous sommes installés à Bruxelles parce que nous y avons trouvé les premiers subsides pour notre projet. Actuellement, j’y suis deux jours par semaine, je suis encore en pleine découverte de la ville.

Dans son job, il aime…

Julien apprécie la diversité de son travail, qui combine la technique et l’ingénierie avec d’autres domaines comme la gestion de la société, son développement et sa stratégie.

Ce qui me plaît, c’est d’identifier de nouveaux problèmes pour lesquels développer de nouvelles solutions.

Son parcours

Julien a effectué des études d’ingénieur civil, option physique et nucléaire, à l’Université de Liège. Il entame sa carrière comme consultant chez TechSpace Aero, aujourd’hui Safran Aero Boosters.  Il rejoint ensuite AGC, société spécialisée dans la production de verre pour l’industrie automobile, puis NMC, entreprise eupenoise de mousses synthétiques. C’est alors qu’il est contacté par Julien Tallineau, un ami rencontré sur les bancs de l’université, qui lui propose de créer Veoware. La start-up est lancée début 2018. En 2020, elle s’apprête à participer à une mission en orbite pour tester son premier composant en environnement réel. 

3 conseils aux innovateurs bruxellois

1)  Persévérer, ne pas laisser tomber. Même si, au début, les mauvaises nouvelles sont plus fréquentes que les bonnes !
2)  S’entourer des bonnes personnes, des collaborateurs ayant le profil adéquat et sur lesquels on peut compter dans les moments difficiles.
3)  Garder un bon équilibre de vie, entre profession et activités privées.

Les chiffres

1)  Veoware entend diviser par 10 le coût des composants spatiaux et leur délai de livraison.
2)  En 2020, on estime que 2 à 3.000 satellites gravitent autour de la Terre. Ils devraient être 10 fois plus nombreux dans 10 ans.
© 2020 Région de Bruxelles-Capitale. Tous droits réservés.